Nous rejoindre

La chaire a vocation à rassembler plusieurs acteurs :

- Les chercheurs
Seul ou avec une équipe vous pouvez participer à la Chaire en nous contactant.
  • Si vous avez déjà travaillé sur la question du dopage ou sur les politiques publiques, nous serions heureux de discuter dans le cadre de séminaires avec vous et d'échanger sur nos travaux respectifs.
  • Si vous souhaitez aborder cette question, nous pouvons vous aider à la formulation d’un projet de recherche, à participer à votre formation (approches théoriques, méthodologiques, etc.). 
  • Dans tous les cas, on peut envisager des conventions avec votre université pour faciliter d’étudiants et de chercheurs
  • Nous nous efforçons de rassembler sous forme numérique les travaux sur le dopage et la lutte antidopage ainsi que des ressources publiques (débats parlementaires, blogs de militants antidopage, etc.). Le but est de pouvoir construire peu à peu un observatoire informatisé sous la forme de ceux développés dans le cadre d'une sociologie des risques environnementaux et sanitaires développés par le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (EHESS).
- Les acteurs de la lutte antidopage
Militant de la lutte antidopage ou institutions, vous pouvez contribuer à la Chaire. Votre expérience et vos ressources peuvent participer au projet et nous vous invitons à nous contacter.
Nous pouvons aider en particulier les Organisations Nationales Anti-Dopage (ONAD) à définir un programme national de recherche sur le dopage (PNRD) en partenariat avec des équipes académiques nationales, lequel permettra d'éclairer certains aspects des pratiques dopantes et de bénéficier d'un retour sur les politiques menées.
Nous avons acquis une expérience significative dans ce travail en collaboration avec les autorités gouvernementales chargées de la lutte antidopage en travaillant dans cinq pays :
- Des partenaires financiers
Nous acceptons volontiers toute contribution de partenaires privés et publics qui respectent les principes de notre charte éthique et qui considèrent que
  • que le dopage porte une atteinte grave à l’intégrité des compétitions sportives ;
  • que l’amélioration des connaissances sur le phénomène du dopage dans le sport est l’un des moyens les plus appropriés à en endiguer les diverses formes ;
  • qu’il importe que des programmes nationaux de recherche en sciences sociales puissent être accompagnés en vue d’apporter une connaissance la plus fine possible des différents facteurs engendrant le phénomène du dopage dans le sport.

Dans tous les cas, n'hésitez pas à vous rapprocher de nous.

 

Mis à jour le 22 septembre 2017